Épilogue de l’affaire [I]Barbarin[/I]

Où l’on apprend que la prescription éventuelle de faits d’agressions sexuelles sur mineurs est sans effet sur l’obligation de dénonciation, qui néanmoins disparaît dès lors que la victime apparaît en mesure de dénoncer elle-même les faits. en lire (...)

Voir la source sur (dalloz-actualite.fr - Actualité)

Haut de la page